Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

VENTE DE SEL DE GUERANDE

 

  VOUS CHERCHEZ UN SEL DE GUERANDE OU UNE FLEUR DE SEL DE GUERANDE DE QUALITE?

    NOUS NOUS FERONS UN PLAISIR DE VOUS EN FOURNIR !

POUR TOUS RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES TARIFS
ET LES CONDITIONS DE VENTE:

LA MAISON CHARTEAU  

    (Françoise et Lionel CHARTEAU)

12, Kercadoué

44350 SAINT MOLF

 Tel: 06 75 43 06 31
    maisoncharteau@orange.fr

Retrouvez nous sur face book

 

Retrouvez ainsi les dernières nouvelles de l'exploitation et des marais!

 

Cliquez Ici ! (Page D'accueil)

15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 00:45

NOUVEAU SITE EN LIGNE

Bonjour,

Vous etes ici sur le blog que j'ai tenu pendant plusieurs années , et qui raconte la vie des marais salants, en fonction des saisons, et du temps qu'il fait.

Vous pouvez vous balader sur ces quelques pages, au gré de vos envies ou du hasard.

Si par contre vous désirez en savoir plus sur nous, sur nos sels et sur la façon dont nous les valorisons, je vous invite à venir sur le nouveau site de la maison CHARTEAU:

www.maisoncharteau-seldeguerande.com

Alors à bientôt, ici ou là-bas, et bonne lecture!

Published by Lionel
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 00:54

Chers visiteurs, notre quête de la qualité nous amène à paraitre un peu plus dans la presse depuis quelques temps.

vous arrivez peut être sur ce site après avoir lu la revue "SAVEURS".

Si c'est le cas, attention à nos nouvelles coordonées:

 

 

Maison CHARTEAU

12 Kercadoué

44350 SAINT MOLF

 

Les téléphones n'ont pas changé.

Nous vous accueillons (avec plaisir) désormais dans notre nouvel atelier,

mais les diffèrentes revues ou guides ne sont pas tous mis à jour!

 

alors à bientôt!

Dans quelques jours, nous mettrons en ligne la liste exacte de nos produits mise à jour elle aussi, pour vous permettre de mieux connaitre notre production.

Dernière chose, certains GPS ne prennent pas Kercadoué, mais Kergadoué.

Eh oui, ce n'est pas si simple de nous trouver, notre sel se mérite!!

Published by Lionel - dans evenements
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:02

Cette semaine, le Figaro Magazine consacre son dossier "La France Gourmande" à la Région de La Baule.

 

Ce dossier comporte les meilleurs produits que vous trouverez sur le marché, les bons restaurants à la Baule et

aux alentours, et les meilleures adresses de producteurs de la région.

 

Et je ne suis pas peu fier d'en faire partie, en compagnie de la crème des fournisseurs de la gastronomie (Rémy Anezo, Christophe Roussel...).

 

Comme quoi, travailler sur la qualité de ses produits, ça finit toujours par payer !!

 

lionel charteau dans le figaro

 

Published by Lionel - dans REVUE DE PRESSE
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 11:05

 

Après le succès du week end dernier à Pont L'Eveque,

nous tenons à rassurer les nouveaux fans de notre gamme de sels aromatisés et fleur de sel.

Vous pourrez désormais vous en procurer dans notre nouveau point de vente dans la région:

 

Il s'agit de la CHARCUTERIE BLAVETTE

 

               18 rue du General de Gaulle

                14640 VILLERS SUR MER

 

 à proximité de Deauville.

 

En ce qui concerne les parisiens, n'oubliez pas que vous trouvez notre gamme dans deux magasins:

 

 

Dans le 12 eme:

 

             CHEMINS DE BRETAGNE

 

              rue de Prague

 

 

et dans le 15 eme:

 

              COMPTOIR CORREZIEN

 

              rue des Volontaires

 

 

Bonne cuisine à tous, et à bientot en Normandie (ou ailleurs!)

 

 

 

Published by Lionel - dans POINTS DE VENTE
commenter cet article
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 07:13

Comme on m'a toujours dit, dans un précédent métier, ce n'est pas tout de bien travailler, il faut

aussi le faire savoir.

Mais l'accès aux médias n'est pas toujours aisé, lorsqu'on n'est que de petits producteurs, sans agence de comm,

attachée de presses...

Heureusement, nous avons la chance de travailler avec ces passionnés que sont les chefs de cuisine, et eux, ils ont accès à la presse.

Parmi eux, Patrick JEFFROY, de l'hotel de Carantec, dans le nord Finistère (deux macarons Michelin !),

qui vient de sortir un livre que je vous recommande, "Faim de mer, Fin de terre", livre qui met particulièrement en valeur les producteurs qui travaillent avec lui.

Et le 1er Avril dernier, Patrick était invité par Jean Luc Petitrenaud et Wendy Bouchard sur Europe 1 pour le "Bistrot du Dimanche", 

émission gastronomique s'il en est, qui se plait à parler produits "qui valent le détour".
J'ai donc eu l'insigne honneur "de monter à Paris" défendre notre sel de Guérande.
Bon d'acccord, il faut attendre les 10 dernières minutes de l'émission, mais après tout, mieux vaut tard que jamais!
Je vous mets ci-dessous le lien, pour que ceux qui l'ont manquée puissent écouter l'émission ,
mais au pararvant je tiens à remercier Jean Luc, Wendy et toute l'équipe du bistrot du dimanche pour l'accueil qu'ils réservent
aux producteurs qui font le déplacement, et pour l'ambiance réellement sympathique lors de l'enregistrement.
D'ailleurs, pour ceux qui en douteraient, ça se passe réellement dans un bistrot, et vraiment "comme au bistrot!"
Au passage, merci aussi aux pêcheurs du Guil' pour les langoustines!
Mais ne tardons pas plus, voici le lien:
Bistrot du dimanche du 1er avril

et bien sur la photo qui va avec:

bistrot du dimanche europe 1 lionel charteau patrick jeffroy

Voilà pour aujourd'hui, et je vous dis à bientot pour de bonnes nouvelles concernant la saison 2011, qui s'annonce très précoce, si le temps ne change pas.
Published by Lionel - dans REVUE DE PRESSE
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 19:52

 

"Dans votre cuisine comme sur les plus grandes tables de la restauration, Telle une poussière d'étoile, elle parsème les meilleurs plats, sublimant le gout des déjà meilleurs produits en en faisant exploser la saveur dans votre bouche."

 

Voici une des nombreuses citations que l'on pourrait trouver sur cette célèbre fleur de sel. 

Et tout ça est vrai, les meilleurs cuisiniers le savent depuis longtemps.

 

La fleur de sel, c'est la spécialité de la maison. Et nous nous faisons un devoir de fournir à nos clients, grands et petits, professionnels et particuliers, Triple étoilés comme "bistronomiques", le meilleur de ce que le marais nous offre.

 

Mais ça encore, tout le monde le sait (enfin tous ceux qui nous connaissent !).

 

Si je reprends les manettes (enfin, pourrait on dire avec raison) pour un nouvel article, c'est pour vous expliquer la naissance de cette fleur, née comme le dit la tradition, du soleil et du vent.

 

Mettons nous en conditions:

Nous sommes fin juin début juillet, et il fait chaud.

Eh oui, déjà, sans chaleur, pas de fleur!

Il fait chaud, donc, et l'eau des oeillets s'évapore tout en montant en température.

Passé 15 heures, le vent se lève, passant à l'ouest la plupart du temps. Alors l'évaporation va s'amplifier, à tel point que le centre de l'oeillet va même arriver à sec, laissant découvrir le sel qui s'y trouve:

oeillet plein de sel

Comme vous pouvez le voir au dessus, le centre est plein de sel. Mais sur le bord, de l'autre côté, on peut voir une "cornière" blanche.Eh bien la voilà,  la fleur de sel. Comme vous pouvez le voir ci dessous, elle se forme en fait partout dans l'oeillet, mais 

les cristaux se rassemblent sous l'effet du vent:

fleur de sel en formation

Ici on voit parfaitement les cristaux arriver à "la queue leu leu" et se coller aux autres dans le coin de l'oeillet.

Que je vous rassure tout de suite, on ne voit rien bouger à l'oeil, tout se forme très lentement. Mais de 14 heures où il n'y a rien, on arrive à la situation de la première photo à 18 heures.

Et c'est là qu'il faut se mettre au boulot, car passé 22 heures et la tombée de la nuit, la fleur sous l'effet de l'humidité nocturne va elle tomber au fond de l'oeillet, et ne sera plus récupèrable que sous forme de gros sel.

Le but est donc de passer avec ce que l'on appelle une " lousse à fleur" , espèce d'écumoire, sous la couche de fleur de sel sans toucher le fond de l'oeillet. 

récolte de la fleur de sel a guérande

 

Ici, toute la difficulté réside en le fait qu'il n'y a que 1 ou 2 centimètres d'eau, et que si vous touchez le fond, tout le contenu de la lousse est à jeter. Sachant que la lousse remplie pèse 2 kg, et qu'elle se trouve au

bout d'un manche de trois mètres, ça vous laisse imaginer la difficulté pour les débutants!

Et pourtant c'est là que tout se joue, car nous effectuons un tri sévère dès la récolte pour ne prendre que la plus belle fleur, quitte à perdre en rendement.

 

Une fois la lousse pleine, on met tout ça dans une brouette plastique, dont l'apparition récente (moins de 10 ans) a considérablement amélioré la qualité de la fleur.

brouette pleine de fleur de sel

Effectivement, vous pouvez voir que la fleur "rend de la saumure" lorsqu'elle est dans la brouette. Ceci nous permet de récupèrer plus facilement les impuretés, alors que les anciens 

la mettaient dans des paniers en osier, ce qui la faisait s'égoutter aussitôt. Et rendait d'autant plus difficile le tri des impuretés.

Et voilà le travail, il n'y a plus qu'à laisser tout ça s'égoutter toute la nuit dans un bac percé, pour éviter de transporter trop de flotte le lendemain.

 

Voilà le résultat d'une soirée de récolte. 

Si vous voulez quelques chiffres, sans trop vous en dévoiler, sachez qu'un oeillet produit selon les jours de 0 (s'il n'y a pas de soleil, même si vous avez l'impression d'une belle journée) à 5 kg de fleur les très grosses soirées.

Ce n'est pas beaucoup, mais vu comment ça se récolte, ça représente une belle soirée de boulot!

Ensuite, et pour ça je n'ai pas de photos (secret de fabrication oblige), la fleur sera tamisée, puis retriée entièrement à la main, pour en enlever toutes les impuretés, de façon à ce que nos clients ne trouvent que le meilleur dans nos sacs:

fleur de sel Lionel CHARTEAU

 

 

 

 

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 11:56

Pour ceux qui voulaient des nouvelles de la tempête Xynthia, vous êtes mal tombés.

 

J'ai volontairement évité de publier des articles sur cette nouvelle malédiction qui s'est encore abattue sur la côte atlantique cet hiver.

 

Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que chez nous, à Guérande, tout est à peu près rentré dans l'ordre, à part quelques  rares salines (heureusement) qui vont avoir de la peine à faire du sel cet été.

Sur notre exploitation, tout est réparé, il ne reste que quelques dizaines de brouettes de terre à rouler, mais ce n'est rien par rapport à ce qu'il y avait comme dégats il y a deux mois, et ça ne nous empêchera pas de produire.

 

En tous cas, ce n'est rien par rapport à ce qui arrive à nos pauvres cousins de Louisiane, avec qui je suis de tout coeur, pour avoir vécu une marée noire, et osé pensé que cela ne devait jamais se reproduire.

 

Malgré tout ça , il y a quand même des bonnes nouvelles!

 

D'abord le printemps très sec, même s'il nous bouscule un peu, augure d'une saison très précoce si ça continue comme ça encore deux ou trois semaines.

 

Ensuite, notre travail incessant pour faire reconnaitre la qualité de nos produits commence à porter ses fruits, et me permet même d'inaugurer aujourd'hui cette nouvelle rubrique "revue de presse" en beauté, puisque nos produits sont passés avec succès au banc d'essai de la revue gastronomique "le coq gourmand" de mars 2010!

 

 

 sel de guerande aux epices coq gourmand

 

 

Published by Lionel - dans REVUE DE PRESSE
commenter cet article
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 15:31
Comme je vous l'avais dit la semaine dernière, je me suis offert une petite escapade à Saint Malo, histoire encore et toujours de défendre le Sel de Guérande.
Ce fut l'occasion de faire la connaissance en chair et en os d'Olivier Roellinger, lors d'une "rencontre sur le sel" au sein du festival "étonnants voyageurs".

sel de guerande a saint malo


Très agréable rencontre, mais après la pluie du début de semaine, les vents d'est se sont mis à souffler, et il était temps de rentrer au marais.
Les choses peuvent vite évoluer, puisque, arrivé à Guérande le samedi soir, je me mettais à décharger les marais (je vous rappelle que c'est la dernière opération avant de faire du sel , voir les articles de l'année dernière) mardi matin de la semaine dernière.
Et il était temps, car deux jours plus tard, on voyait du sel:


sel de guerande 2009

Quel plaisir de le revoir, ce sel tant attendu!
Par contre, après avoir pris un seul oeillet sur mes 59 au total, (c'est à dire rien du tout!), le temps s'est mis à changer, et depuis il a plu.
Et nous revoilà en train d'attendre que les cieux soient enfin plus cléments.
Vivement la semaine prochaine!...

En attendant, il est temps de vous donner des nouvelles de mes amies les avocettes.
Souvenez vous, l'année dernière, j'avais mis les photos sur le blog d'un beau nid. Et comme par hasard, quelques jours plus tard un
renard embarquait le tout.
Alors cette année, j'ai préfèré attendre l'éclosion. Et j'ai eu raison, car voyez ce qui gambadait dans les oeillets samedi dernier:

avocette

Voyons ça de plus près:



C'est quand même pas bien gros !!

Rassurez vous, je l'ai vite relachée, et elle est aujourd'hui en train de gambader avec ses deux soeurs (ou freres) en toute quiètude.
N'empêche, que de là à en déduire que les renards se rencardent sur internet, il n'y a quand même qu'un pas!!
Published by Lionel
commenter cet article
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 00:25
Me revoilà !!

Vous l'aurez forcément constaté si vous  êtes un lecteur assidu,  La vie au marais a fait du sur place depuis le mois d'octobre dernier, et je suis prêt à parier que beaucoup imaginaient la fin de ce blog.
Eh bien loin de là, et bien au contraire, tel le Phoenix dans Harry Potter (ou de la mythologie, selon votre culture) voici que mon blog va renaitre de ses cendres.
Mais tout d'abord quelques raisons qui expliquent la pause de cet hiver:

- La saison 2008, plus que minable, qui m'a mis le moral dans les chaussettes,et ainsi coupé l'envie de parler de ce fichu métier, autant lié à la météo,

- Le manque de temps (la plus vieille excuse du monde),

- Mais surtout une refonte complète de la stratégie en ce qui concerne mon exploitation, et qui maintenant qu'elle est au point, vaut bien une série complète d'articles.

Que je m'explique:


A l'aube de ma douzième saison de sel, alors que j'étais jusque là uniquement producteur, j'ai décidé de prendre en main la commercialisation de ma production, gros sel de Guérande et fleur de sel, et d'aller les vendre moi même un peu partout où l'on aime les produits de qualité, et où on les met également en valeur.


Eh oui, quand on produit le meilleur sel du monde, on peut bien se donner la peine de le vendre soi même.
Surtout que c'est toujours un plaisir de le faire découvrir, ou  redécouvrir, et de faire en sorte qu'il lui soit fait honneur dans tous les lieux les plus prestigieux de la gastronomie, puisque telle est la mission que je me suis donnée . C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de personnalités qui utilisent le sel de Guérande, et notamment la Fleur de Sel, mais qui surtout apprécient la démarche d'un petit producteur pour promouvoir son produit,  et sont prêts à donner un coup de main à ces derniers dans ce sens.
Je tiens d'ailleurs à saluer Eric GUERIN, chef de la Mare Aux Oiseaux, qui a récupèré à juste titre son étoile Michelin, pour tout ce qu'il met en oeuvre lorsqu'il s'agit de promouvoir ses producteurs.

Dans le même esprit,et à la très aimable invitation d' Olivier ROELLINGER,  célèbre pour avoir accroché les trois macarons Michelin dans son établissement de Cancale (malheureusement fermé depuis décembre dernier) , je vais le 30 mai prochain participer au festival "étonnants Voyageurs" à Saint Malo pour y parler du sel avec trois auteurs, Fabrice GAIGNAULT, Robert DUCLUZEAU, et Olivier ROELLINGER lui-même.
Je n'arrive même pas à croire que je puisse avoir une telle chance, j'ai même ma fiche parmi les invités du festival: allez-y,regardez !
Voici une bonne occasion pour parler de ce qui me passionne, les marais salants, le métier de paludier, mais aussi ce qui en sort, la fleur de sel et le Sel gris de Guérande.
Et voilà, vous savez tout désormais sur la nouvelle orientation de ce blog, qui va toujours vous parler des marais et de mon métier, mais aussi maintenant de la commercialisation de cet "or blanc" qui me fait vivre.
Published by Lionel - dans evenements
commenter cet article
2 octobre 2008 4 02 /10 /octobre /2008 11:08
Enfin pour mourrir, encore aurait-il fallu qu'il naisse un jour !

Autant vous dire que la saison n'a pas été bonne, et c'est un euphémisme!
Mais bon, on fera mieux la prochaine fois.
En attendant, ça m'a laissé le temps de faire des projets et de préparer l'avenir.
Eh oui, il y aura bientôt du nouveau, mais il est encore un peu tôt pour en parler...

Avant de relancer une série d'articles sur les outils du paludier, en préparation, voici une jolie oeuvre (je ne connais pas l'artiste, mais son frère, rencontré d'ailleurs grâce à ce blog!!)


Notez que le paludier qui a servi de modèle devait être particulièrement beau, pour faire  une belle peinture comme ça !!
PEINTURE DE PALUDIER

Allez  vite voir le reste des oeuvres de cette artiste  sur sa  page perso

Et merci encore Alain de m'avoir envoyé ça !
En parlant d'envoi, pour les amoureux des marais salants, un commentaire a été posté su le dernier billet, et vous ne l'avez peut être pas remarqué.
Il a été écrit (vraissemblablement) par un amoureux de parapente à moteur, qui a filmé les marais vus d'en haut.
Autant vous dire que c'est relativement beau.
Mais avant de vous remettre le lien, je tiens à m'adresser plus particulièrement à tous les amoureux du parapente à moteur
(il doit je pense y avoir un autre nom pour ça):
Sachez que nous, paludiers, qui aimons particulièrement le grand air, et le calme,

 NOUS NE SUPPORTONS PAS D'ENTENDRE VOS SALOPERIES DE MACHINES
TOURNER EN ROND AU DESSUS DE NOUS COMME VOUS LE FAITES !!!!

Alors s'il vous plait, passez si vous voulez, mais évitez de descendre si bas, et tracez votre route sans nous tourner autour comme vous le faites tout l'été.
Bref, voici toutefois de bien belles images
Published by Lionel
commenter cet article