Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VENTE DE SEL DE GUERANDE

 

  VOUS CHERCHEZ UN SEL DE GUERANDE OU UNE FLEUR DE SEL DE GUERANDE DE QUALITE?

    NOUS NOUS FERONS UN PLAISIR DE VOUS EN FOURNIR !

POUR TOUS RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES TARIFS
ET LES CONDITIONS DE VENTE:

LA MAISON CHARTEAU  

    (Françoise et Lionel CHARTEAU)

12, Kercadoué

44350 SAINT MOLF

 Tel: 06 75 43 06 31
    maisoncharteau@orange.fr

Retrouvez nous sur face book

 

Retrouvez ainsi les dernières nouvelles de l'exploitation et des marais!

 

Cliquez Ici ! (Page D'accueil)

20 février 2007 2 20 /02 /février /2007 21:23

LES 7 ANS DU NAUFRAGE DE L'ERIKA,

ça vaut bien un billet d'humeur,non?

 

Je profite du mauvais temps, qui m'empeche de faire des photos potables pour mon blog, pour me lâcher un peu, et parler d'autre chose que du boulot proprement dit.

Eh oui, il y a 7 ans, l'ambiance était tout autre ici, entre colère, et désespoir de voir notre côte souillée par cette saloperie gluante, (on ne savait pas encore qu'elle était cancérigène), et surtout désespoir, de  croire que nos marais allaient être souillés à tout jamais.

Encore heureux, le pire a été évité, et aujourd'hui il ne reste plus aucune trace de cette pollution.

Mais jusqu'à quand? Et qui seront les prochaines victimes?

Si je m'énerve, c'est surtout à cause de ce qui s'est passé cet hiver.

En effet, regardez bien les infos, lorsqu'ils annoncent une tempête avec des vents de 120 à 140 km/heure.

Le lendemain, en général, vous apprendrez qu'un cargo est en difficulté, ici ou là.

La preuve, cet hiver:

- Un vraquier gît encore sur la côte de l'ile de Ré

- Un porte conteneurs a pollué la côte nord de la Bretagne...

Enfin, bref, on peut remarquer qu'à chaque fois que les conditions climatiques se durcissent, la catastrophe est imminente.

Personnellement, la conclusion que j'en tire, c'est que si on est capable en France de bloquer tous les camions dès qu'il tombe 10 cm de neige, on est incapable d'arrêter la circulation maritime alors que les risques sont un nombre incalculable de fois plus élevés.

C'est peut-être un peu simpliste comme raisonnement, mais on sait deux jours à l'avance l'endroit et la force des tempêtes, et on ne manque pas de ports.

Alors pourquoi laisser les bateaux passer quand même?

Sans doute à cause d'interêts qui me dépassent...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lionel - dans evenements
commenter cet article

commentaires