Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

VENTE DE SEL DE GUERANDE

 

  VOUS CHERCHEZ UN SEL DE GUERANDE OU UNE FLEUR DE SEL DE GUERANDE DE QUALITE?

    NOUS NOUS FERONS UN PLAISIR DE VOUS EN FOURNIR !

POUR TOUS RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES TARIFS
ET LES CONDITIONS DE VENTE:

LA MAISON CHARTEAU  

    (Françoise et Lionel CHARTEAU)

12, Kercadoué

44350 SAINT MOLF

 Tel: 06 75 43 06 31
    maisoncharteau@orange.fr

Retrouvez nous sur face book

 

Retrouvez ainsi les dernières nouvelles de l'exploitation et des marais!

 

Cliquez Ici ! (Page D'accueil)

11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 22:52

LES VEAUX, COMME ON N'EN VOIT QU'A GUERANDE

Janvier, c'est le mois pendant lequel il y a le moins de travail à faire dans les salines. 

Du coup, on en profite pour réparer les digues de terre qui nous protègent de la mer.
Car les digues, qui sont en argile, ont tendance à fendre pendant l'été. Et l'hiver, l'eau de pluie entre dans les fentes, et régulièrement, les talus se découpent en suivant les fentes, et des pans de talus tombent en bas. Ce phénomène, appelé partout éboulement porte à Guérande le nom de "veau".
En voici un exemple:
veau, autrement dit éboulement d'une digue

Celui ci est tout petit, il ne fait meme pas dix metres de long.
Mais c'est suffisant pour vous montrer comment ça se répare.
Tout d'abord, il faut enlever la terre éboulée, et la mettre de côté. Inutile de vous dire qu'on fait ce genre de chantiers en équipe, c'est plus facile.
Voici donc à quoi ça ressemble une fois la terre mise de côté:


Bon, maintenant, il faut tout remettre en place. Mais d'abord, pour éviter que ça ne retombe, on place des piquets et des planches, pour "tenir le pied" du talus.
Voilà les planches mises en place:

C'est le même veau, mais la photo est prise par l'autre côté.
Une fois que les planches sont mises, on continue à monter le talus, jusqu'en haut.
Et voilà  ce que ça donne une fois terminé:

Comme je vous le disais, celui ci était petit, mais il a quand même occupé 6 personnes pendant toute une journée.
Parfois, ils sont plus longs, comme celui de la Combinière, qu'on a réparé en début de semaine:

Le voilà, presque fini.
A la fin, certains paludiers en profitent pour faire les guignols, comme Philippe ci dessous:

Je n'ai pas pu résister à la mettre sur le blog, celle là!
Treve de plaisanterie, regardez moi ça comme c'est beau, un veau quand la réparation est terminée:


Et voilà le travail!

Ce qu'il faut savoir, c'est que si les veaux n'étaient pas relevés, les talus seraient trop fragiles, et sous la pression de la mer, à marée haute, ils casseraient, créant des brèches.
Or, une brèche (j'ai la chance de n'en avoir jamais vues), c'est la catastrophe, car la mer en entrant emporte tout sur son passage.
Et en plus , ça n'arrive pas forcément à une période tranquille, voire en été. Donc mieux vaut prévenir que guérir.
Et voilà, c'est déjà la fin des travaux d'hiver.
Des la semaine prochaine, on va déjà commencer à préparer les salines pour la prochaine saison, je vous parlerai alors de l'habillage des cobiers.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lionel - dans journal de bord
commenter cet article

commentaires

Laurent BOULO 08/02/2007 00:05

RE défauts et surtout un s à autres (défauts)  Re@+  Re Laurent

Laurent BOULO 07/02/2007 23:59

Pierrick,je devine que tu n'étais pas présent sur ce chantier.Y a t-il d'autre défauts?Philippe , avec quelle cuillère te rases-tu le matin avant d'aller travailler? @+dans la plus belle saline de la Presqu'ile guéranaise avec l'équipe de Mickeycoin.              Laurent

leroux pierrick 15/01/2007 21:43

un veau avec les piquets enfoncés au niveau des planches,c'est plus esthétique
.
 20 ans experiences
                   pierrick